Document mis en distribution le 19 fèvrier 2009

                       N° 1344

                       ASSEMBLÉE NATIONALE

                                      CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

                                      TREIZIÈME LÉGISLATURE

                                     Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 18 décembre 2008.

                      PROPOSITION DE LOI

                     visant à autoriser le fait de mourir dans la dignité,

                                   (Renvoyée à la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, à défaut de constitution

                                   d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

                                     présentée par MessieursAndré WOJCIECHOWSKI, Olivier DASSAULT, Patrice DEBRAY,

                                    Alain FERRY, Philippe Armand MARTIN, Christophe PRIOU,

                                    Didier QUENTIN, Francis SAINT-LÉGER et Bruno SANDRAS,

                                  députés.

  2

                          EXPOSÉ DES MOTIFS

                         MESDAMES, MESSIEURS,

                          Les affaires Vincent Humbert, puis Chantal Sebire nous

                          poussent inéluctablement à devoir nous pencher sur la question

                          de l’euthanasie.

                          En fait, la prise en charge d’un patient, en phase terminale

                         présentant une pathologie sévère, incurable, marquée par des

                         douleurs permanentes et insupportables, amène le médecin à

                         opter dans le cas d’un patient conscient et lucide, et cette

                         distinction est primordiale, entre deux possibilités :

                         – les soins palliatifs ;

                         – l’euthanasie.

                           Quel que soit le choix du patient, il s’agit de bien lui faire

                           comprendre ainsi qu’à son proche entourage, les différentes

                           démarches thérapeutiques proposées.

                           Il va donc s’agir d’assurer le départ du malade dans la

                           dignité selon ses voeux.

                           Outre le docteur Emmanuel Brost, médecin généraliste à

                           Plombières-lès-Dijon et médecin traitant de Chantal Sebire, qui

                           faisait savoir que pour le cas de cette dernière, l’euthanasie devait

                           être considérée comme un acte d’amour envers ses proches qui

                           souffrent de la voir souffrir, nombre de voix se sont élevées dans

                           ce sens, y compris celle du Président de la République qui, au

                           travers d’un discours à la mutualité le 11 février 2007, a déclaré,

                           je cite : « Les principes, je les respecte, les convictions, je les

                           respecte. Mais je me dis quand même au fond de moi, il y a des

                           limites à la souffrance qu’on impose à un être humain. »

                           À l’heure actuelle, toute personne en phase avancée ou

                           terminale d’une affection grave et incurable a accès à des soins

                           palliatifs.

 – 3

                           Ces derniers sont assurés à l’hôpital, dans un établissement

                           conventionné, ou à domicile, mais ces soins palliatifs ont une

                           limite et présentent un phénomène d’échappement thérapeutique.

                           En fait, est appliquée partiellement la loi Leonetti permettant

                           d’administrer au malade une escalade de traitements anti-douleur

                            pour soulager la souffrance, même si cela abrège la vie du

                            malade.

                            En cette hypothèse donc, ne peut être pénalement ou

                            civilement retenue, aucune charge à l’encontre du médecin qui

                            refuse ou s’abstient, en phase terminale, de mettre en oeuvre des

                            traitements appropriés tendant à soulager la souffrance.

                           Juridiquement, aujourd’hui, l’euthanasie active reste

                            assimilée à un homicide volontaire.

                            La réalité du terrain témoigne que l’euthanasie active, bien

                           qu’interdite en France, se réalise dans l’ombre.

                            D’autres pays, proches de nous ont ouvert la voie.

                            On relève ainsi le cas des Pays-Bas, de la Belgique, de la

                            Suisse, du Danemark, de la Grande Bretagne, de la Catalogne

                            pour l’Espagne et du Québec et de l’Ontario pour le Canada.

                            En Belgique, comme au Pays-Bas et tout récemment au

                            Luxembourg, l’euthanasie est autorisée, sous conditions de

                           souffrance psychique et physique constante et insupportable.

                           Il est à noter que la Commission fédérale belge d’euthanasie

                           compte environ 500 cas d’euthanasie par an dont 80 % sont des

                           cas cancéreux.

                           Lorsque l’on ne contrôle plus la souffrance physique et

                           morale d’un malade incurable, on augmente la sédation ce qui

                            implique que le malade mourra endormi.

                            On ne peut pas indéfiniment fermer les yeux face à une

                             tendance qui se propage si rapidement.

 – 4

                             L’assistance au suicide et l’euthanasie sont d’ores et déjà

                             pratiquées si le patient bénéficie de la compassion de ses proches

                             et de l’équipe médicale.

                             Toutefois, ce sentiment d’humanité ne prévaut pas toujours

                             sur la crainte du risque pénal.

                             Certes, comme le souligne le Professeur Grinfeld, président

                             du Comité consultatif d’éthique et opposé à la révision de la loi

                              Leonetti : « Le médecin n’a pas le droit de provoquer

                              volontairement la mort, mais le juge peut, a posteriori, arguer

                              d’une excuse absolutoire quand la fin de vie n’est plus

                              supportable… L’éthique doit s’installer dans le siècle afin

                               d’avoir une évolution adaptée à celle de la société, c’est un point

                               fondamental. »

                               En France les voix commencent à s’élever notamment celle

                               du professeur Jean Claude Ameisen, membre du Comité national

                               d’éthique et même l’Ordre des médecins réfléchit à l’assistance

                               médicale à la mort délibérée.

                               Il convient de faire une réévaluation et une adaptation de la

                               loi.

                              Une réforme tendant à reconnaître et à organiser l’euthanasie

                              active se situerait dans le prolongement des législations destinées

                              à préserver la dignité de la personne en fin de vie, en particulier

                              le droit d’accès aux soins palliatifs et reconnaître le droit de refus

                              thérapeutique, sous-entendant un exitus rapide.

                               Les moeurs évoluent et aujourd’hui, l’euthanasie, ou droit de

                               mourir dans la dignité, représente la seule issue possible des

                               malades incurables qui souhaitent cette solution.

                               Bien entendu, pareille mesure si elle est votée, ne se ferait

                               que sous conditions drastiques et pourquoi pas sous le regard

                               attentif et le contrôle d’une commission qui examinerait le bienfondé

                               des requêtes.

                                Pour autant, pour éviter une trop longue attente, sachant que

                                chaque minute est une minute de souffrance, une pareille

                                commission a tout intérêt à être régionale et peut être que, mieux

 – 5

                                qu’une commission, une RCP : réunion de concertation

                                 pluridisciplinaire.

                                 Nous, députés, sommes le réceptacle et le reflet de la

                                 demande de la population de nos circonscriptions.

                                 On tient compte des votes de chaque concitoyen pour nous

                                 élire or il paraît légitime de s’en référer à eux afin de savoir

                                 comment résoudre ce problème, ô combien douloureux.

                                 Il est presque certain que beaucoup se positionnent pour

                                  l’établissement de l’euthanasie.

                                  Un récent sondage d’ailleurs situe « les favorables » dans

                                  une fourchette de 70 à 75 %.

                                  Je finirai en suggérant la modification de l’article L. 110-5

                                  du code de la santé publique.

                                  Dans le cas d’un patient conscient et lucide, sujet à des

                                  douleurs insupportables et permanentes et dont la pathologie est

                                   irréversible, on peut envisager l’attitude suivante : dans le cas de

                                  demandes réitérées d’euthanasie de la part du patient, réunir une

                                  réunion de concertation pluridisciplinaire, qui déciderait après

                                  vidéo conférence par exemple, de donner un avis positif ou non à

                                   la demande de l’intéressé.

                                   Je vous demande donc, de bien vouloir cosigner la présente

                                   proposition de loi visant à mettre un terme à l’hypocrisie qui

                                   existe en France et permettre à ce qui a lieu dans l’ombre d’être

                                   réglementé et contrôlé.

 – 6

                                                                                    PROPOSITION DE LOI

                                                                   Article unique

                                    L’article L. 1110-5 du code de la santé publique est

                                   complété par un alinéa ainsi rédigé :

                                   « Dans le cas d’un patient conscient et lucide qui présente

                                   des douleurs insupportables, permanentes et dont la pathologie

                                   est incurable, ce dernier, dès lors que ses demandes éclairées de

                                   mourir dans la dignité sont réitérées, voit sa requête acceptée.

                                   « Cette acceptation est toutefois subordonnée à un avis

                                   positif émis objectivement par un ensemble de médecins

                                   spécialistes et de professionnels de santé réunis pour l’occasion

                                   au travers d’une réunion de concertation pluridisciplinaire.

                                   « Cette réunion de concertation pluridisciplinaire doit se

                                    réunir rapidement. Elle se réunit dans un délai inférieur à un

                                    mois.

                                    « Elle est composée de praticiens concernés (oncologues,

                                     spécialistes systémiques, psychiatres, médecin traitant), de très

                                     proches éventuellement (une à deux personnes dans le premier

                                     (cercle familial) et du patient.

                                     « Cette réunion de concertation pluridisciplinaire peut se

                                      faire par vidéoconférence.

                                      « Après cette réunion de concertation pluridisciplinaire, la

                                      décision est rendue dans un délai maximal d’une semaine.

                                       « Si l’avis quant à la demande d’euthanasie est négatif, le

                                       patient est orienté vers des soins palliatifs.

                                       « Si l’avis quant à la demande d’euthanasie est positif, la

                                       demande du patient est acceptée sans poursuites pour les

                                        personnes concernées par l’exécution de la décision. »